•  

    L'arbre du bonheur

     

     

    L'arbre du bonheur

     

    Du berceau de mon enfance

    Ne restent que ces quelques stances

    Pour raconter le passé

    Mais sur la cour trône encore

    Dans sa rondeur apaisante

    Le gardien de mes trésors

    Qui s’étire verdoyant

    Quand apparaît le printemps

    Et s’il se pare de fleurs

    Déployant toute sa ramure,

    Sous le soleil de l’été

    Il prend les couleurs d’automne

    Et parfume nos tisanes

    Mêlant la cire des abeilles

    Aux senteurs de foin séché

    Quand il se creuse en hiver

    Prenant les rides du temps

    Jamais son âme ne se fane

    Jamais l’amour ne se perd

    Car ses feuilles en forme de cœur

    Conservent en elles les bonheurs

    Que j’y avais déposés

     

     

    Chloé

    L'arbre du bonheur

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

     

    la spirale infernale de Chloé

     

     

    La spirale Infernale 

     

    Dans ce monde médiatique

    Devenu trop étroit

    Se cultivent, les clivages, la misère  et l’effroi

    Avec en  toile de fond comme seule thématique

    De défendre nos idées, nos principes et nos droits

    Et l’on injecte la peur

    Étranglant à la source toute forme de rébellion

    Et l’on exploite l’horreur

    Pour nourrir la puissance  et la domination

    Mais comme pour bien régner, il faut une division

    On gratifie les uns par une promotion

    En dépréciant les autres jusqu’à leur soumission

    On prône l’exclusion, les guerres de religion

    La violence, l’injustice, la précarisation

    Qu'importe les moyens, tous les profits sont bons

    Stratégies offensives, suprême exaltation

    D’un pouvoir en dérive qui n’a d’autre érection  

    Que la domination, le fric et l’ambition.

     

    Puis chacun s’habitue, suis sa destination

    Dans le déni total ou dans l’abnégation

     

    Les uns s’installent

    Et nourrissent à leur tour, leurs propres ambitions.

    Affichent leur  standing, exposent leur étal

    Détournant  le regard et toute leur attention

    De ceux qui n’ont plus rien et qui crèvent la dalle

     

    D’autres se bercent d’illusions

    Se laissant  emporter vers ce monde féodal

    Par ce grand  tourbillon de  la consommation

    Où la modération a perdu la raison

    Et dans cette frénésie, dans ce monde frivole

    La jeunesse à son tour se perd ou bien s’isole

     

      C'est dans cette  grande spirale, devenue infernale

    Que nos terres s’assèchent et nos âmes se fanent

    L’humanité  s’égare au milieu d’un dédale

    Où c’est le tout ou rien qui l’emporte et qui gagne

     

    Alors!

    Indignons nous!

    Réveillons nous car l'enjeu est crucial

    Et quittons à jamais cette position fœtale

    En redressant le tronc vers un autre idéal

     

    Chloé

     

    Pin It

    1 commentaire
  •  

    Matricule 7687 

    Matricule 7687 de Chloé

    Dédié à mon oncle Pierrot

     

    Matricule 76870, Gare de Compiègne

    Juin quarante quatre, les images s’imprègnent

    Son regard se perd et sa raison s’égare

    Les chiens sortent de l’ombre

    Sur le quai de la gare 

    Et les bruits des mitrailles

    Des bottes saccadées

    Martelant la chaussée

    Lui reviennent en mémoire

    Et troublent ses pensées

     

    Ils sont là, décharnés

    Dans ces wagons plombés

    Imbriqués l’un dans l’autre

    Morts et vivants soudés

    Ils sont là,  statufiés

    Dans la chaleur viciée

    Derrière des lucarnes, entièrement grillagées

    Qui annoncent Dachau et tous ces barbelées

    Ils sont là entassés, sans autre destinée

    Que celle de survivre pour pouvoir raconter

     

    Matricule 76870, Gare de Compiègne

    A la vue de ce train,  la douleur l’enserre

    Ses blessures sont béantes, sa cicatrice saigne

    Ses larmes prises en otage, derrière les miradors

    Refoulées, prisonnières,  à présent se libèrent

    Bête de fer, monstre sanguinaire  où la raison se tord

    Il n’a rien oublié de l’horreur de la guerre

     

    Chloé

    Matricule 7687 de Chloé

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Regards  croisés

     

     

     

    Les âmes solitaires

    Chloé

     

    desert-eyes.jpg

     

    Et ces âmes écorchées

    Dans ce désert de pierres

    Où ne subsiste rien

    Qu’une  vie éphémère

    S’avancent solitaires

    Sur cette terre austère

    Leurs âmes ne mendient pas

    Et leurs  yeux asséchés

    De leurs larmes salées

    N’affichent  de leur trépas

    Ni rancœur, ni misère

    Elles scrutent à  l’horizon

    Cet "halo de lumière"

    Et dans cet abandon

    Leurs mots se croisent au loin

     

    De cette  désespérance

    Nait alors de leurs stances

    Toute la magnificence

    De ces âmes en errance

    Qui se retrouvent enfin !

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique