• - les croqueurs de mots- Défi 175 "un olivier tombé du ciel "

    Les croqueurs de mots 

    A l'abordage!

    Défi 175 :

    Jeanne Fadosi à la barre

    On peut faire quelquefois d’un désagrément un atout.

    Raconter, de préférence sur mode léger et sans allusion à l’actualité

    votre plus beau souvenir de petit désagrément

    -  les croqueurs de mots- Défi 175 "un olivier tombé du ciel "

    Texte extrait

    De

    " Dans le torrent de mon enfance'

    Remodelé pour le thème proposé

    http://chloenoura.eklablog.com/dans-le-torrent-de-mon-enfance-m-en-allant-promener-a126667832

     

     

    Un Olivier tombé du ciel

     

    Je ne sus pas vraiment à l’époque, pourquoi un beau matin olivier débarqua à  la maison, la valise à la main ! Papa voulait un garçon, Yéyé ma sœur ainée un petit frère et j’imaginais donc qu’ils avaient du se le procurer quelque part, sans accorder beaucoup d’importance quant à sa provenance.

    Son arrivée pour le moins qu’on puisse dire ne m’enchanta pas et ne m’apporta dans l’immédiat que des désagréments! N’étais je pas le garçon, certes un peu manqué, que mon père avait toujours  souhaité, alors pourquoi donc s’en était-il allé chercher un autre !De plus il me prenait ma place de petite dernière et je me sentais soudainement très à l'étroit !   

       Habillé un peu kitsch, les cheveux à la brosse, le visage barbouillé de mercurochrome, Olivier, c’était son nom,  ressemblait à Doupic, un petit hérisson craintif, bien mal en point, que j’avais un jour récupéré  sur le bord de route. Comme mon porc épic, dès que je l’approchais, il  se  mettait en boule, sortant   là ses aiguilles,  prêt à me  transpercer. Cela ne présageait rien de bon !

        Son esprit rebelle dû je suppose venir rapidement à bout de mes résistances  et bien évidemment comme mon porc épic une fois apprivoisé, mon petit inconvénient de départ devint pour moi au fil du temps sans même que je m'en rende compte, le plus beau des avantages et le plus  tendre des petits hérissons de la terre. Très vite nous devinrent inséparables, complices et surtout  solidaires dans l’adversité.

       Régulièrement une dame Bourrel, tout de noir vêtue,  les cheveux  poivre et sel  venait à la maison, pour prendre disait elle  de ses nouvelles puis un jour, sans que je comprenne pourquoi, elle embarqua celui qui pour moi était devenu « mon petit frère ».

       Je ne saurais pas dire, là  non plus,  combien de temps Olivier  resta chez nous ! Deux ans, peut être  trois ! Ce dont je suis sûre en revanche, c’est qu’il  m’avait fait  fondre comme neige au soleil tant nous étions devenus proches !

       Son départ eut l’effet pour nous d’une secousse sismique qu’on n’a pas vu venir et  qui  vous laisse à terre,  les quatre fers en l’air !  Cet après midi là le tremblement de terre fut si puissant  que nous dûment nous cachés tous deux dans le grenier,  espérant ne pas être emportés par les vents violents qui tout d’un coup s’étaient levés !

        Papa rentra dans une colère folle  en découvrant que son p’tit gars s’en était allé. Maman et yéyé, rapatriées dans la cuisine, n’en finissaient pas de pleurer.

      Quant à moi, toutes les pommades apaisantes que l’on me mit ce jour là  ne purent résorber cet énorme bleu au cœur que je m’étais fait en tombant ! 

    Olivier alla en fait retrouver sa vraie maman qui, mais nous ne le savions  ni l’un ni l’autre parce que trop petits pour comprendre les histoires des grands, nous l’avait confié momentanément.

    Bien sûr nous nous revîmes souvent et malgré la distance et séparation qui s'étaient imposées à nous, les liens ne se défirent jamais.

    Chloé  

     

    -  les croqueurs de mots- Défi 175 "un olivier tombé du ciel "

     

    « Défi d'écriture Mil et Une. Semaine 49/2016"Petite gueule d'amour"Chanson en LSF. musique à coeur ouvert »
    Pin It

  • Commentaires

    1
    Lundi 5 Décembre 2016 à 20:11

    Un pauvre môme confié aux bons soins d'une famille d'accueil, tout le monde s'y attache, forcément, puis il repart... mais ici les liens ne furent pas brisés... chose qui peut arriver, merci Chloé, jill

    2
    Mardi 6 Décembre 2016 à 09:05
    ZAZARAMBETTE

    Une histoire très émouvante Chloé. Pauvre petit gamin.

    Bises et bon mardi.

    3
    Mardi 6 Décembre 2016 à 17:52
    Josette

    j'ai connu une famille d'accueil et des p'tits mômes pas adoptables parce qu'ils recevaient une carte postale par an  un déchirement que ces séparations

    heureusement le lien a été maintenu un atout incontestable pour lee enfants

    4
    Mardi 6 Décembre 2016 à 20:33

    C'est une très belle histoire ; autrefois les enfants confiés aux familles , étaient enlevés au bout d'un certain temps pour que les parents de substitution ne 'attachent pas . L'administration n'a pas de coeur.J'espère qu'aujourd'hui cela n'arrive plus .

    C'est une bonne chose si vous avez réussi à garder des liens .

    Bonne soirée

    5
    Mardi 6 Décembre 2016 à 20:46

    une belle histoire toutefois un peu triste pour toi qui aimait ce nouveau frère. J'ai beaucoup aimé la description du petit frère. Bises et merci 

    6
    Mercredi 7 Décembre 2016 à 14:19

    Très beau texte émovant et qui prête a rire aussi..bonne journée bizz

    7
    Mercredi 7 Décembre 2016 à 21:41

    Magnifique histoire qui m'a bcp émue ! suis très heureuse que vous vous êtes revus ensuite... mais le manque est cruel et je le comprends tellement bien !

    bcp bisous et merci

    8
    Jeudi 8 Décembre 2016 à 18:43

    C'est beau quand les liens peuvent ainsi durer !

    9
    Vendredi 9 Décembre 2016 à 18:27

    C'est en perdant ses feuilles

    que l’olivier grandit

    et fait grandir

    ceux l'aime et le regardent avec tendresse

    Amitié Chloé

     

    PS : j'aime tes textes qui respirent la sincérité et la richesse de la Vie

    10
    Mardi 13 Décembre 2016 à 14:53

    Une histoire tres touchante Chloé , j'imagine aisément le seisme déclenché par son départ . Heureusement vous avez su préservé ce lien .

    Bon mardi 

    Bises 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    11
    Mercredi 14 Décembre 2016 à 18:22

    Quelle jolie histoire délicatement racontée même si elle est teintée d'une tristesse bien compréhensible

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :